Association Maison Populaire de Genève

Accueil du site > Racisme et discriminisations > Manifestation jeune pour le 2XNON aux initiatives et contre-projets (...)

Manifestation jeune pour le 2XNON aux initiatives et contre-projets racistes !

Samedi 6 novembre, 14h30, place neuve

samedi 6 novembre 2010, par Maison Populaire de Genève

Moutons noirs de tous les pays, unissons-nous !

Le 28 novembre prochain, le peuple suisse est appelé à se prononcer sur l’initiative UDC dit « des moutons noirs » et son contre-projet élaboré par le Conseil Fédéral. L’une et l’autre proposent le renvoi des étranger-e-s n’ayant pas respecté certains articles de la loi suisse. En cas d’acceptation de l’un ou l’autre des deux projets, ces dernier-e-s seront automatiquement expulsés vers leur pays d’origine. Dans un pays démocratique, un délit est un acte punissable commis par une personne, quelle que soit sa nationalité : la délinquance n’est jamais le fait d’une communauté ! Il s’agit là de mesures racistes, discriminatoires et antisociales !


Pour preuve :

• Un-e étranger-e qui a commis un des délits énoncés par ces lois se voit infliger une triple peine. Il reçoit une sanction pénale, comme tout citoyen-ne, à laquelle s’ajoute une décision administrative qui aboutira sur un renvoi. De plus, la peine pourrait séparer définitivement le fautif de sa famille et de ses proches.

• Dans de nombreux cas, le renvoi signifie pour l’étranger-e le retour à un pays où sa vie est en danger. Dans d’autres cas, la personne peut ne jamais avoir vécu dans son pays d’origine. L’obliger à vivre dans un pays qu’elle ne connaît pas est une absurdité.

• La liste des délits passibles d’un renvoi dressée par l’initiative ainsi que par le contre-projet ne contient de loin pas que des crimes au sens juridique du terme.Par exemple, un abus de l’aide sociale constituerait un motif d’expulsion. L’amalgame continue d’être fait entre « étranger » et « profiteur », inculquant dans nos esprits des fantasmes xénophobes.

• Ces mesures sont contraires au droit international. Il est indigne que les représentant-e-s de notre pays nous proposent des lois allant à l’encontre de traités qu’ils ont eux-mêmes signé.

• Les statistiques de l’UDC sont censées prouver que les étrangers commettent plus de crimes que les Suisses. En réalité, il s’agit d’une manipulation politicienne. On ne tient pas compte du fait que la population étrangère est plus masculine et plus jeune que la population suisse. 84.8% des condamnations pénales ont été prononcées à l’encontre d’hommes et 65.3% à des personnes entre 18 et 39 ans. (source : OFS, 2009). Par ailleurs, un nombre bien plus important d’étrangers que de Suisses sont issus de milieux socio-économiques défavorisés, ce qui est un facteur déterminant.

Il est plus que jamais nécessaire de pointer du doigt les raisons qui sont à l’origine de la délinquance. Appartenir à une classe sociale défavorisée, être au chômage, ne pas savoir de quoi sera fait l’avenir, sont autant de facteurs qui créent des sentiments de colère et de frustration amenant à commettre des délits. Il faut s’attaquer aux mécanismes qui les génèrent, et non pas faire porter cette seule responsabilité aux individus. La priorité doit être donnée à l’éducation et à la formation, pas à la répression !

Nous condamnons l’UDC et la droite qui créent ces boucs émissaires pour cacher les méfaits du capitalisme : crise économique, chômage, etc. D’un côté le patronat emploie une main-d’œuvre étrangère bon marché, corvéable à souhait, et de l’autre la droite (et une partie de la gauche !) discrimine ceux qui ne rentreraient pas dans ce schéma qui profite à la bourgeoisie. Finissons-en avec cette hypocrisie !

Mobilisons-nous pour dire NON aux lois racistes, et manifestons tous ensemble le 6 novembre prochain !

http://unitedblacksheep.ch/


Suivre la vie du site RSS 2.0 | contact | liens | plan du site | espace privé | SPIP